La querelle des universaux

Entre l’individuel et l’universel, les penseurs médiévaux ne parviennent pas à s’entendre sur la nature des concepts. Comment expliquer que plusieurs choses différentes puissent être regroupées sous une idée commune ? La dispute qui émergera de cette question s’insèrera de près ou de loin dans presque toutes les œuvres scientifiques de la fin du Moyen Âge.

Que sont les universaux?

Si on souhaite bien saisir les enjeux au cœur de cette querelle métaphysique, il faut à priori savoir ce que sont les universaux. Dans le contexte médiéval, les universaux sont souvent synonymes de concepts; c’est-à-dire une idée qui peut être appliquée à plusieurs choses individuelles. Un concept universel souvent utilisé est la blancheur, qui peut s’appliquer à la fois à une feuille blanche et à un cheval blanc. En d’autres mots, c’est une idée idéale qui est présente de manière similaire dans plusieurs choses différentes.

Une autre manière de comprendre les universaux serait de les présenter comme une caractéristique donnée qui n’est pas exclusive à une chose. Par exemple, Socrate et Platon sont des hommes. Ils sont également des animaux, et ils peuvent également être blancs. Si cette manière de définir les universaux peut paraître ambigüe, on verra que c’est exactement là que réside le problème de la querelle au Moyen Âge.

Aux racines ontologiques du problème

Dès les premières études concernant la philosophie médiévale, la question des universaux retient l’attention des spécialistes. Si on ne sait pas trop quel sens lui donner à l’époque, il paraît évident que la querelle est omniprésente dans la communauté intellectuelle au moins depuis le tournant du XIIe siècle. En fait, dans un ouvrage qui date maintenant de près de deux siècles, Victor Cousin expose clairement l’ampleur du débat : 

« Et si dans la scolastique on écarte la théologie pour considérer seulement la philosophie proprement dite, cette philosophie est tout entière dans la querelle du nominalisme et du réalisme.[1] »

Bien que cette position mérite d’être nuancée, force est d’admettre que la question des universaux s’immisce dans la majorité des sciences. Que ce soit dans l’astronomie, la médecine, la physique, la théologie ou la sémantique, l’universel intrigue et stimule l’esprit des plus brillants penseurs tardo-médiévaux. Sans tenir l’avant-scène des disputes et des commentaires, la querelle divise, classe et contraint la communauté scientifique dans une toile d’idée qui s’étend et se complexifie sans cesse. Il incombe désormais de plonger au cœur de ces points de discordes.

Une querelle bien tranchée?

L’interrogation concernant la nature des concepts n’est pas tout à fait nouvelle au XIIe siècle. En fait, elle existe déjà chez Aristote et Platon, puis est clairement reformulée par Porphyre de Tyr dans son Isagoge. Revenant sur le texte des Catégories d’Aristote, ce dernier identifie l’ambiguïté qui entoure les universaux (Porphyre utilise plutôt le terme « prédicables »). Sans réellement tenter de résoudre l’énigme des universaux, Porphyre identifie ce « problème très profond […] qui exige une recherche toute différente et plus étendue[2]. » S’il faut attendre près d’un millénaire avant que la dispute s’envenime en Europe, on peut affirmer que les bases de la querelle des universaux se fixent réellement au IIIe siècle.

L’historiographie s’étant penchée sur la querelle a généralement identifié deux camps qui s’opposent. D’un côté, il y aurait les réalistes, issus des idées de Platon, qui affirment que les universaux ont une certaine existence ontologique. En d’autres mots, ils supposent que les concepts peuvent exister indépendamment de ce qu’ils représentent. Pour revenir à l’exemple de la blancheur, les réalistes croient que la blancheur constitue quelque chose au-delà de la chose blanche, commune à toutes les choses blanches. Parmi les réalistes bien connus au Moyen Âge, on retrouve entre autres Albert le Grand et Jean Duns Scot.

De l’autre côté, on retrouve les nominalistes qui refusent d’attribuer une valeur ontologique aux universaux. Selon eux, les concepts pouvant être appliqués à plusieurs choses individuelles n’ont pas de valeur commune dans la réalité, et s’ils en ont une quelconque, elle relève uniquement d’un processus de l’esprit. Par exemple, la blancheur prédiquée de Socrate et d’une feuille sont deux blancheurs distinctes et individuelles qui ne correspondent entre-elles uniquement par un processus cognitif ou langagier. En d’autres mots, sans un individu capable d’observer et de comparer Socrate avec la feuille, aucune similitude n’existe réellement entre les deux choses. Le nominaliste le plus connu est sans conteste Guillaume d’Ockham.

Le nominalisme de Guillaume d’Ockham

Sans se déclarer lui-même nominaliste, le penseur anglais Guillaume d’Ockham devient aux XIVe et XVe siècles la figure de proue du mouvement rejetant l’existence des universaux. Son approche se distingue dans la mesure où elle relève expressément du langage et de la sémantique plus particulièrement. Pour Ockham, il n’est pas nécessaire, ni même souhaitable, de rejeter totalement l’existence des universaux. En fait, un rejet total entrerait en conflit avec des doctrines chrétiennes bien ancrées comme l’Eucharistie; une position qui ne peut évidemment pas être tenue par un théologien de formation comme Ockham.

Guillaume d’Ockham, Summa Logicae, 1341, Gonville & Caius

En fait, selon le penseur anglais, les universaux peuvent exister à l’intérieur de l’esprit des personnes. Ce sont des signes, pour reprendre la terminologie d’Ockham, qui désignent une généralité dans la tête de celui qui observe une similitude. En d’autres mots, l’universel existe réellement dans la tête de celui qui l’imagine; c’est un concept mental.

En faisant cette distinction, Ockham aborde le problème sous un nouvel angle. D’un côté, il élimine la nécessité de postuler l’existence d’un forme universelle commune entre la blancheur de la feuille et celle de Socrate. D’un autre côté, il fournit l’explication de leur ressemblance par un concept mental commun. C’est-à-dire que la blancheur associée aux deux choses n’a pas d’existence commune à l’extérieur de ces mêmes choses, mais l’idée de blancheur qui se forme dans notre esprit s’applique quant à elle universellement aux choses blanches.

À partir de cette idée, le théologien nominaliste explique qu’il y a un décalage non négligeable entre le langage écrit ou parlé et le langage mental. Cela l’amène à élaborer une critique explicite de l’utilisation de concepts universaux dans l’étude des sciences; soulevant notamment l’ambiguïté qui découle de tels concepts. En d’autres mots, Ockham explique que les universaux peuvent servir d’outils de compréhension, mais ne sont pas adaptés à la communication orale ou écrite. Il faut par conséquent les éliminer de nos débats scientifiques.

Cela n’est pas sans rappeler le célèbre rasoir philosophique d’Ockham disant qu’il est futile de faire avec plus ce qui peut être fait avec moins.

Conclusion

Si le débat s’enflamme à la période médiévale, il faut savoir que la question n’est toujours pas résolue de nos jours. La position nominaliste trouve écho dans des auteurs récents comme Willard Quine et Nelson Goodman. Du côté des réalistes, Hilary Putnam est sans conteste l’une des figures les plus influentes de la période récente. Il ne semble pas y avoir de solution définitive à l’horizon.

Au terme de cet article, on demeure en droit de se questionner à propos de la pertinence de la querelle des universaux. Après tout, qu’est-ce que ça change que les concepts existent dans notre esprit ou dans la nature? En fait, le point de litige réside en grande partie dans la définition des concepts scientifiques relevant de la nature. Si les universaux existent à l’extérieur de l’esprit, on peut et on doit leur donner des définitions distinctes des choses auxquelles elles s’appliquent. Cela nous amène par exemple à définir la blancheur sans objet blanc, ou le mouvement sans mobile à déplacer. Pour plusieurs penseurs, le réalisme nous oblige à multiplier inutilement les entités postulées en science. D’un autre côté, si on rejette tous les universaux, il ne reste que des choses singulières qui ne peuvent pas être comparées entre elles puisqu’elles ne partagent aucune caractéristique commune. Il n’est par conséquent pas raisonnable de tirer des conclusions scientifiques applicables à un ensemble de choses différentes.

Bref, la querelle des universaux met en lumière un problème métaphysique fondamental sans solution évidente. Pour les intellectuels médiévaux qui s’intéressent à la nature de leur monde, la définition même de la nature n’apparaît pas évidente.


NOTES

[1] Victor Cousin, Ouvrages inédits d’Abélard : pour servir à l’histoire de la philosophie scolastique en France, Paris, Imprimerie Royale, 1836, p. LXV.  

[2] Jules Tricot (trad.), Porphyre. Isagoge. Traduction et notes, Paris, Librairie philosophique J. Vrin, 1947, p. 12.


Pour en savoir plus…

SOURCES

SPADE, Paul Vincent. Five Texts on the Mediaeval Problem of Universals: Porphyry, Boethius, Abelard, Duns Scotus, Ockham. Indianapolis, Hackett Publishing Company, 1994, 238 p.

PANACCIO, Claude. Le nominalisme. Ontologie, langage et connaissance. Paris, Librairie philosophique J. Vrin, 2012, 360 p.

ÉTUDES

DE LIBERA, Alain. La querelle des universaux. De Platon à la fin du Moyen Âge. Paris, Points, 2014 (1996), 670 p.

    • Sans conteste l’ouvrage le plus vaste sur l’histoire de la question des universaux à la période médiévale. Il serait préférable de ne pas utiliser cette étude comme introduction au sujet. Le livre s’adresse surtout à des lecteurs déjà versés en métaphysique et connaissant les enjeux d’une approche ontologique des universaux.

PANACCIO, Claude. Le Discours intérieur. De Platon à Guillaume d’Ockham. Paris, Seuil, 1999, 341 p.

    • Panaccio est un autre grand spécialiste de la question des universaux. Ses thématiques de recherche visent particulièrement le nominalisme et les concepts mentaux. 

PANACCIO, Claude. Ockham on Concepts. Aldershot, Ashgate Publishing Limited, 2004, 197 p.

SPADE, Paul Vincent. « Ockham’s Nominalist Metaphysics: Some Main Themes ». dans Id. The Cambridge Companion to Ockham. Cambridge, Cambridge University Press, 1999, p. 100-117.

    • Le problème trouve globalement sa plus simple formulation dans les travaux de Spade. Même si quelques auteurs critiquent cette simplification, il n’en demeure pas moins que Spade constitue un formidable point de départ pour quiconque cherche à creuser davantage le sujet.

SPADE, Paul Vincent. « The semantics of terms ». dans KRETZMANN, Norman, Anthony KENNY et Jan PINBORG. The Cambridge History of Later Medieval Philosophy. Cambridge, Cambridge University Press, 1984, p. 188-196.

COURTENAY, William J. « In Search of Nominalism: Two Centuries of Historical Debates ». dans IMBACH, Ruedi et Alfonso MAIERÙ. Gli Studi Di Filosofia Medievale Fra Otto E Novecento. Rome, Edizioni di Storia e Letteratura, 1991, p. 233-252.

KLIMA, Gyula. « Natures: the problem of universals ». dans MCGRADE, Arthur S. The Cambridge Companion to Medieval Philosophy. Cambridge, Cambridge University Press, 2003, p. 196-207.

PICHÉ, David. Le problème des universaux à la Faculté des arts de Paris entre 1230 et 1260. Paris, Vrin, 2005, 365 p.


Pour toute question ou commentaire : Yanick.Laverdière@usherbrooke.ca



Citer ce billet
Yanick Laverdière (2020, 12 octobre). La querelle des universaux. Via Moderna - Les sciences médiévales. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v72r

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search