Le rasoir d’Ockham

« Une pluralité ne doit pas être supposée sans nécessité. » En partant de ce principe de parcimonie, Guillaume d’Ockham entend tailler les excès de la philosophie médiévale. Sous la forme d’un outil de réduction ontologique, méthodologique et logique, le rasoir d’Ockham vise spécifiquement à s’opposer à un appareil conceptuel toujours plus encombré au début du XIVe siècle.

À l’origine du principe?

Le nom Rasoir d’Ockham a tendance à donner la fausse impression que Guillaume d’Ockham est le premier à mettre sur pied un tel principe. Or, les fondements qui guident cette idée sont posés bien auparavant. On les retrouve sous des appellations différentes; que ce soit en tant que rasoirs, principes d’économie ou de parcimonie.

La tradition médiévale en connaît d’ailleurs une version assez claire tirée d’un passage du livre Du ciel d’Aristote : « Dieu et la nature ne créent rien qui soit inutile[1]. » Sans être l’inventeur du principe de parcimonie en philosophie, Ockham lui donne néanmoins une saveur propre. Il en développe plusieurs formes qui se retrouvent à différents endroits de son œuvre intellectuelle.

Guillaume d’Ockham (ca. 1288-1347)

Guillaume d’Ockham, Summa Logicae, MS Gonville and Caius, Cambridge, 465/571, fol. 69r

Avant d’entrer dans le vif du principe, un détour s’impose pour comprendre le contexte dans lequel le rasoir prend forme.

Guillaume d’Ockham suit une formation académique classique en Angleterre au tournant du XIVe siècle. Il baigne dans un bassin intellectuel fondamentalement dominé par la position réaliste accordant une existence aux concepts dits universels. Durant ses nombreuses années passées au couvent de Londres, Ockham s’imprègne des plus importants courants philosophiques qui émanent à ce moment des traditions anglaises et françaises.

Ockham commence lui-même à tenir des lectures au couvent de Londres vers 1321. Il ne passe finalement jamais la cérémonie de l’inceptio pour devenir maître régent, ce qui lui vaut plus tard le titre de Venerabilis Inceptor ou « Vénérable débutant ».

La postérité se souvient généralement d’Ockham comme l’instigateur et la figure de proue du mouvement nominaliste florissant à partir du XIVe siècle.

Le rasoir en soi

S’il y a bien un aspect de la philosophie d’Ockham qui a marqué l’esprit des chercheurs, voire même des non-spécialistes, c’est son principe de parcimonie. Tout au long de son œuvre, Guillaume d’Ockham développe au moins quatre formes de son rasoir.

Dans son étude incontournable, Marilyn McCord Adams présente ces quatre versions :

    1. Il est futile de faire avec plus ce qui peut être fait avec moins.
    2. Lorsqu’une proposition à propos de quelque chose est vraie, si deux choses suffisent à cette vérité, il est superflu d’en supposer une troisième.
    3. Une pluralité ne doit pas être supposée sans nécessité.
    4. Une pluralité ne devrait pas être supposée, sauf si elle peut être prouvée par la raison, ou par l’expérience, ou par quelconque autorité infaillible[2].

On retient habituellement la troisième version qui donne vraiment l’essence du rasoir à sa plus simple expression. Ockham nous prévient contre les excès qui surviennent parfois en science et en philosophie en général. C’est-à-dire qu’il faut tailler ce qui est excédant et, par conséquent, pas nécessaire à la sauvegarde des phénomènes.

Prenons par exemple une pierre qui tombe après avoir été lâchée du haut d’une tour. Pour expliquer cette chute, un penseur pourrait dire qu’on doit supposer trois choses :

    1. Par sa nature, une pierre a tendance à rejoindre le centre du monde; c’est-à-dire la terre.
    2. Il n’y a pas d’obstacle qui l’empêche de tendre à sa nature.
    3. Quelqu’un a volontairement ou involontairement lâché cette pierre du haut de la tour.

En mettant son rasoir à profit, Ockham pourrait défendre que le troisième élément soit superflu pour expliquer la chute. En d’autres mots, il est possible de sauvegarder le phénomène de la chute tel quel, sans supposer que quelqu’un ait lâché la pierre.

Cela s’explique notamment parce que la deuxième proposition englobe la troisième. Considérant que la pierre a été lâchée, il n’y a pas d’obstacle qui l’empêche de tendre à sa nature. Il serait donc futile d’ajouter la troisième proposition selon le rasoir d’Ockham.

Pour autant que l’on sache, la main de celui qui tenait la pierre aurait pu tout simplement disparaître par quelconque pouvoir divin. Le phénomène serait malgré tout sauvegardé avec les deux premières propositions.

En somme, on remarque que, lorsqu’Ockham rejette certains éléments, c’est davantage par un manque de nécessité que par une démonstration de leur inexistence.

Tailler le pouvoir divin?

On serait tenté de penser que le rasoir d’Ockham permet à un penseur médiéval de rendre obsolète le pouvoir divin, mais Ockham reste prudent à ce propos. On se rappelle la quatrième version du rasoir qui mentionne qu’une pluralité ne devrait pas être supposée, sauf si on peut la prouver par la raison, l’expérience ou une autorité infaillible.

Nicole Oresme, De caelo et de mundo, Bnf Fr 565, fol. 69r

L’autorité infaillible dont parle le Venerabilis Inceptor englobe évidemment les Écritures saintes. Toujours est-il qu’Ockham est d’avis que dans le cours normal de la nature, la volonté divine est incarnée par la nature elle-même; c’est ce qu’il appelle le pouvoir ordonné de Dieu. Rien n’empêche cependant Dieu de faire en sorte que la pierre se déplace vers le ciel plutôt que vers la terre. On peut néanmoins supposer que si la nature suit son cours normal, la pierre chutera vers la terre.

On préfèrera s’arrêter ici à ce propos pour éviter de s’éloigner du principe de parcimonie.

Anti-rasoir

Bien qu’on retienne globalement le rasoir d’Ockham comme un outil de réduction, il est important de remarquer qu’il agit aussi, à l’inverse, comme un principe qui nous amène à supposer suffisamment d’éléments pour expliquer un phénomène.

Pour reprendre l’exemple de la pierre en chute, on ne peut pas expliquer sa chute seulement par le fait qu’il n’y a pas d’obstacle qui l’empêche de tendre à sa nature. Il faut nécessairement ajouter que sa nature est de se déplacer vers le centre du monde.

Ce principe prend parfois l’appellation d’anti-rasoir dans l’historiographie. D’ailleurs, Walter Chatton, l’un des plus persistants opposants d’Ockham, est un fervent défenseur de l’anti-rasoir. Selon lui, lorsque X choses ne sont pas suffisantes pour expliquer un phénomène, il faut en postuler davantage.

Cette approche est en outre utilisée par des penseurs comme Jean Buridan et Nicole Oresme qui sont pourtant considérés comme appartenant à la tradition occamienne.

Le principe de parcimonie en action

Pendant ses années d’enseignement à Londres, Ockham met à profit son rasoir pour s’attaquer à un problème persistant de la physique médiévale.

Depuis la réception latine des textes aristotéliciens concernant la physique au second quart du XIIIe siècle, les penseurs ne parviennent pas à s’entendre sur la nature du mouvement. Lorsqu’on dit qu’une chose est en mouvement, qu’est-ce que ça signifie?

Pour la plupart des penseurs de cette époque, ça signifie qu’un objet reçoit la capacité ou la qualité de mouvement. En d’autres mots, pour distinguer une pierre en mouvement d’une pierre immobile, il est évident que la pierre en mouvement doit avoir quelque chose de plus que la pierre immobile. Les penseurs anglais et français s’accordent à ce moment pour affirmer que le mouvement est une entité quelconque qui s’ajoute aux choses lorsqu’elles sont mues.

Pour tenir cette position, il faut défendre l’existence d’au moins trois entités :

    1. La pierre
    2. L’espace
    3. Le mouvement

Armée de son rasoir, Ockham aborde ce sujet dans ses différents commentaires à la Physique d’Aristote. Selon lui, il est superflu de désigner le mouvement comme une entité s’ajoutant à la chose en mouvement. Dans le cas d’un mouvement par rapport à l’espace, Ockham affirme qu’on peut sauvegarder le phénomène sans postuler l’existence du mouvement en tant qu’entité.

Dans son Livre III de la Physique, Ockham donne une définition du phénomène du mouvement sans postuler l’existence ontologique du mouvement : « une chose mobile coexiste à une place où elle ne coexistait pas auparavant[3]. » Ailleurs, Ockham précise que ce phénomène se déroule de manière ininterrompu[4]. Pour revenir à l’exemple de la pierre, on peut définir son mouvement comme suit : « cette pierre coexiste à un endroit où elle n’existait pas auparavant. »

Contrairement à ce que les penseurs avant lui supposaient, Ockham est confiant de pouvoir expliquer le mouvement de la pierre en supposant seulement deux entités :

    1. La pierre
    2. L’espace

Ockham n’est pas tout à fait certain qu’il soit nécessaire de supposer l’existence de l’espace, mais on préfèrera garder cette discussion pour plus tard.

Conclusion

On a vu que le rasoir d’Ockham n’est pas un concept tout à fait nouveau à la période médiévale, mais que le philosophe anglais lui donne néanmoins sa propre tournure.

En disant qu’il est inutile de faire avec plus ce qui peut être fait avec moins, Ockham nous encourage en quelque sorte à nous départir de ce dont nous n’avons pas besoin. Pour reprendre l’expression bien imagée de Rondo Keele, Ockham nous invite à faire le ménage dans la métaphysique[5]. Le principe de parcimonie est en ce sens un bon coup de balai qui épure la philosophie de ses concepts superflus, beaucoup plus qu’un rasoir qui cherche à simplement raccourcir.


NOTES

[1] Aristote, Du ciel, Livre I, 271a.

[2] Marilyn McCord Adams, William Ockham, Notre Dame, University of Notre Dame Press, 1989 (1987), p. 156-157.

[3] Julian Davies, Ockham on Aristotle’s Physics. A Translation of Ockham’s Brevis Summa Libri Physicorum, Saint-Bonaventure, The Franciscan Institute, 1989, p. 41.

[4] Philotheus Boehner, The Tractatus de successivis attributed to William Ockham, Saint-Bonaventure, The Franciscan Institute, 1944 p. 45. 

[5] Rondo Keele, Ockham Explained. From Razor to Rebellion, Chicago, Open Court, 2010, p. 59.


Pour en savoir plus…

ÉTUDES

KEELE, Rondo. Ockham Explained. From Razor to Rebellion. Chicago, Open Court, 2010, 192 p.

    • Excellent outil pour débuter. Les concepts sont bien expliqués et illustrés. 

BRAMPTON, C. Kenneth. « Nominalism and the Law of Parsimony ». The Modern Schoolman, vol. 41, no 3 (1964), p. 273-281.

ADAMS, Marilyn McCord. William Ockham. Notre Dame, University of Notre Dame Press, 1989 (1987), 1402 p.

MAURER, Armand. « Ockham’s Razor and Chatton’s Anti-Razor ». Mediaeval Studies, vol. 46 (1984), p. 463-475.

MAURER, Armand. The Philosophy of William of Ockham in the Light of Its Principles. Toronto, Pontifical Institute of Mediaeval Studies, 1999, 590 p.

BECKMANN, Jan P. « Ontologisches Prinzip oder methodologische Maxime? Ockham und der Ökonomiegedanke einst und jetzt ». dans VOSSENKUHL, Wilhelm et Rolf SCHÖNBERGER (dirs.). Die Gegenwart Ockhams. Weinheim, VCH-Verlagsgesellschaft, 1990, p. 191-207.

MAIER, Anneliese. « The Nature of Motion ». dans SARGENT, Steven D. (trad.). On the Threshold of Exact Science. Selected Writings of Anneliese Maier on Late Medieval Natural Philosophy. Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 1982, p. 21-39.

 

 




Citer ce billet
Yanick Laverdière (2021, 22 mai). Le rasoir d’Ockham. Via Moderna - Les sciences médiévales. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v72s

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search