Introduction à la théorie du son

Au même titre que la lumière, les saveurs ou les odeurs, le son est un objet sensoriel qui pique la curiosité à toutes les époques. Ce phénomène mystérieux se faufile dans plusieurs discussions des penseurs médiévaux où ces derniers s’intéressent notamment à ses causes, sa transmission et les processus cognitif auquel il se rattache.

Est-ce que les corps célestes produisent un son par leur mouvement ? Si oui, est-ce que ce son peut être entendu sur terre ? Cette question, posée par Nicole Oresme et plusieurs de ses contemporains, est un exemple parmi tant d’autres d’interrogations à propos du son qui se répandent dans l’œuvre des universitaires aux XIIIe et XIVe siècle. Avant d’être en mesure d’y répondre, il faut avant tout s’initier aux bases de la théorie médiévale du son.

Pour le commun des mortels, le son est une expérience quotidienne dont on peut facilement déduire certaines propriétés. Par exemple, on remarque que la distance entre la chose qui produit le bruit et la personne qui l’entend influence l’intensité de ce qui est entendu. Un observateur attentif peut également noter que la direction du vent a un impact sur la transmission du son. Dans d’autres cas, on peut aisément constater qu’un impact plus fort entre deux objets produit un bruit plus fort. Toutes ces observations illustrent à quel point la connaissance du son peut être intuitive par la simple expérience.

Néanmoins, c’est lorsqu’on s’intéresse à la nature du phénomène que nos repères semblent se brouiller. Pour les penseurs médiévaux, il est difficile de donner une définition du son, d’expliquer sa diffusion ou même de comprendre comment il est perçu. Pour éviter de possibles confusions, on se concentrera ici spécifiquement sur la nature du phénomène en laissant de côté l’aspect musical et de la voix.

Le contexte scientifique

Gilles de Rome, commentaire au De anima, tournant du XIVe siècle,  Openbare Bibliotheek Brugge Ms. 513

Comme pour la plupart des sciences médiévales, la théorie du son est principalement inspirée du cadre de pensée aristotélicien . Dans un premier temps, les penseurs médiévaux se réfèrent au livre II du traité De anima (De l’âme) pour fixer leur position commune sur le sujet . À cet endroit, Aristote aborde succinctement les conditions de production du son, son transport et sa réception dans l’oreille.

Dans un deuxième temps, les discussions concernant la nature du son surviennent aussi dans le commentaire d’un traité pseudo-aristotélicien : les Problemata physica (Problèmes). Parmi les quelques versions médiévales connues, le commentaire produit par l’italien Pietro d’Abano à l’aube du XIVe siècle est particulièrement utile au niveau de la théorie du son.

Évrart de Conty, Traduction française des Problemata (Pseudo-Aristote), vers 1400, BnF NAF 3371, fol. 6r

Dans un dernier temps, quelques considérations philosophiques sont également discutées dans les commentaires au traité Du ciel. On y retrouve surtout des interrogations sur le fonctionnement du son dans des scénarios spécifiques, dont la question du bruit des astres est un exemple emblématique.

Ultimement, tout cela nous amène à remarquer que l’universitaire médiéval aura nécessairement été initié à la théorie du son dès sa formation à la Faculté des Arts. S’il poursuit des études supérieures, on sait qu’il aura également besoin de ces notions fondamentales aux facultés de médecine ou de théologie.

Comment le son est-il produit ?

Simplement par notre expérience quotidienne, on est généralement capable de prédire si un événement produira un son perceptible ou non. Si on observe une balle de cuivre tomber sur une tôle d’acier, on n’a aucun doute que le choc des deux objets produira un bruit. Lorsqu’on déplace rapidement un bâton dans l’air, on sait d’avance qu’on pourra l’entendre. Comment chacun de ces bruits sont-ils produits selon les penseurs médiévaux ?

Au moins en ce qui a trait au monde terrestre, la plupart des scolastiques s’entendent pour affirmer qu’il faut trois choses pour produire un son : (1) un corps qui fait l’impact, (2) un corps qui reçoit l’impact et (3) de l’air. Plus encore, les deux corps impliqués doivent avoir une potentialité sonore selon leur composition matérielle. C’est-à-dire que, selon les médiévaux, deux balles de laine qui se percutent ne produiront pas de son parce que la laine n’a pas cette potentialité.

En ce qui concerne le troisième élément, à savoir l’air, son rôle est moins évident dans les différents commentaires de médiévaux. Globalement, la position aristotélicienne défend que l’air serait impliqué dans la production du son puisque l’impact entre les deux objets va forcément mouvoir violemment l’air qui se trouve entre chacun d’eux. Plutôt que de disperser l’air, ce mouvement rapide viendrait densifier l’air qui pourrait alors subir un impact similaire à un autre corps solide.

Malgré ces quelques commentaires, force est de constater que les médiévaux ne développent pas une explication très convaincante de ce qui produit le son. Tout au plus, ils parviennent à identifier les conditions suivant lesquelles un son peut être produit. Cela ne les empêchant toutefois pas de poursuivre leur investigation des autres caractéristiques du son.

Le son et le médium de transmission

Bien avant l’époque d’Aristote, il ne fait aucun doute que l’organe qui perçoit le son est l’oreille. Néanmoins, comment parvient-on à expliquer qu’un bruit est produit à un endroit, mais peut être entendu à plusieurs autres endroits?

Diffusion du son et de la lumière à travers un obstacle solide et opaque

À première vue, on pourrait supposer que le phénomène s’apparente à celui de la lumière, où des rayons sont émis dans toutes les directions. Pour les médiévaux, cette manière de concevoir le son soulève plusieurs problèmes. Par exemple, on peut clairement entendre, même lorsqu’un obstacle solide et opaque (p. ex., un mur) sépare l’origine du bruit de la personne qui le perçoit, tandis que la lumière ne peut pas être perçue. À l’inverse, la lumière peut-être facilement diffusée à travers l’eau alors que le son se transmet plutôt mal de l’air à l’eau ou vice versa. Au regard de ces différences évidentes, les universitaires médiévaux doivent envisager la transmission du son comme un phénomène spécifique.

Comme dans les autres sciences naturelles, le rôle du médium est fondamental dans le mouvement d’un bruit. Dans la majorité des cas, ce médium est l’air ambiant. Cela n’empêche pas la plupart des penseurs de concéder qu’il puisse y avoir une transmission du son dans l’eau, mais que sa perception requiert un peu d’air. Il reste maintenant à déterminer comment le son parvient à être mobile alors que son médium (c.-à-d. l’air) est apparemment immobile.

En s’inspirant des instruments de musique, plusieurs penseurs vont envisager le rôle de la vibration dans la transmission du son. Certains scolastiques reprennent l’idée de Boèce (VIe siècle) suivant laquelle, à l’image d’une vague qui se diffuse sur l’eau, le son se propagerait dans toutes les directions, devenant moins fort avec la distance. En d’autres mots, le son, lorsqu’il est produit à son point d’origine, suit une impulsion qui se transmet successivement d’une part d’air à une autre. Pour des raisons similaires, le son peut être plus facilement transporté dans certaines directions grâce au vent.

Toujours suivant cette logique, les médiévaux supposent que le son s’affaiblit lorsqu’il rencontre un obstacle, mais peut tout de même passer au travers si le matériel est plus au moins poreux. Dans le cas où le son percute un obstacle solide, il rebondit comme une balle sur la surface : c’est alors que peut se produire l’écho.

En somme, il faut retenir que le son voyage par une impulsion qui se transmet de l’origine dans toutes les directions par le biais de l’air. Encore une fois, les médiévaux ne s’entendent pas vraiment sur la description de la nature du son. Ils s’accordent toutefois pour dire que ce n’est pas l’air qui est sonore, puisqu’il agit seulement comme médium de transmission.

Conclusion

Au terme de ce survol rapide, il convient de noter que la théorie médiévale du son est assez peu documentée dans la littérature secondaire. Cette situation s’explique partiellement par l’ambivalence considérable des penseurs sur le sujet. En effet, à la lumière de ce qui précède, on remarquera que les penseurs médiévaux ne parviennent pas à une conclusion définitive concernant la nature du son et de sa transmission. Dans la majorité des cas, on parvient à relever certaines caractéristiques à partir de notre expérience sensorielle, mais l’aspect conceptuel reste à élucider.

Toujours est-il qu’on peut tenter de résumer les quelques aspects centraux de la pensée médiévale concernant le son : pour qu’un son soit produit, un corps potentiellement sonore et en mouvement doit en percuter un autre et ainsi émettre l’impulsion d’une vibration dans l’air. L’impulsion se transmet ensuite successivement d’une part d’air à une autre, à l’image d’une vague sur l’eau, jusqu’à ce qu’elle frappe un obstacle ou s’essouffle complètement.

Il serait possible d’approfondir le processus en se tournant vers les commentaires médicaux ou les discussions concernant la perception et la cognition des sens. On y trouverait plusieurs informations sur la conception médiévale du fonctionnement de l’oreille et de l’acheminement de l’information au cerveau. Peut-être pourrions-nous y trouver quelques pistes de réflexion pour clarifier la conception médiévale de la nature du son.


NOTES

[1]Pourtant, la théorie antique du son est beaucoup plus détaillée chez d’autres auteurs comme Platon ou les pythagoriciens.

[2] La traduction française du traité d’Aristote est disponible gratuitement via Google Books : Jules Tricot (trad.), Aristote. De l’âme. Paris, Vrin, 1977, p. 112-121.

SOURCES

TRICOT, Jules (trad.). Aristote. De l’âme. Paris, Vrin, 1977, p. 112-121.

ÉTUDES

BURNETT, Charles. « Sound and its perception in the Middle Ages ». dans BURNETT, Charles et al. The Second Sense: Studies in Hearing and Musical Judgement from Antiquity to the Seventeenth Century. Londres, The Warburg Institute, 1991, p. 43-70.

    • Le chapitre de Burnett est l’une des rares contribution au sujet de la théorie du son dans les universités médiévales. C’est sans aucun doute le meilleur point de départ pour l’étude du sujet.

PASNAU, Robert. « Sensible qualities: The case of sound ». Journal of the History of Philosophy, vol. 38, no 1 (2001), p. 27-40.

KÄRKKÄINEN, Pekka. « Sense Perception, Theories of ». Dans LAGERLUND, Henrik. Encyclopedia of Medieval Philosophy. New York, Springer, 2011, p. 1182-1185.



Pour toute question ou commentaire : Yanick.Laverdière@usherbrooke.ca



Citer ce billet
Yanick Laverdière (2022, 10 septembre). Introduction à la théorie du son. Via Moderna - Les sciences médiévales. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v72t

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search