Nouvelle série : Secundum Imaginationem

On est bien souvent porté à juger la pertinence des idées scientifiques selon les applications qu’on peut en faire dans la vie quotidienne. Que ce soit pour améliorer notre santé, faciliter nos actions récurrentes, voire simplement à des fins de divertissement, il semble que l’aboutissement idéal des entreprises scientifiques soit une transposition concrète, dans le monde tangible, des connaissances obtenues.

Je suis heureux de vous proposer une nouvelle série d’articles qui invite à inverser le regard: plutôt que d’être une fin en soi, la nature peut aussi servir de moyen pour clarifier et mettre à l’épreuve plusieurs idées. Tous ceux qui se sont intéressé de près ou de loin aux sciences ont un jour sondé le monde qui les entoure pour y puiser des pistes d’explications, de réflexions, ou même des anomalies.

Plusieurs exemples abondent dans la vie de tous les jours : une pierre accélère de plus en plus lorsqu’elle tombe dans l’air, mais ralentie considérablement lorsqu’elle atteint l’eau. Le son semble voyager plus loin et clairement du haut d’une tour qu’à partir de sa base. Un aimant attire plus difficilement une grande quantité de fer qu’une plus petite.

Une table en chute libre dont certaines parties résistent à la chute. Nicole Oresme, Livre du Ciel et du Monde. BnF, Fr. 1082, fol. 155r.

Chacun de ces cas peut être récupéré par les penseurs médiévaux qui souhaitent comprendre avec plus de précision le fonctionnement de la nature. Dans leurs discussions à propos de la physique, des phénomènes météorologiques, des mouvements des astres, des maladies, voire bien ailleurs, les philosophes du Moyen Âge ne cessent de mobiliser leur quotidien. En couplant ces exemples à leurs réflexions, plusieurs identifient des incohérences dans les théories ou partent à la recherche d’explications pour ces phénomènes communs.

Ce qui est cependant intéressant concernant l’imagination, c’est qu’elle n’a pas à se limiter au monde tel qu’il est vraiment. Surtout à partir du tournant du XIVe siècle, les penseurs explorent au-delà de ces limites du monde actuel. Plusieurs se lancent dans l’exploration de scénarios secundum imaginationem, qui suscitent des discussions selon l’imagination. À ce moment, la plupart des philosophes s’entendent pour étendre les limites de l’imagination à tout ce qui ne pose pas de contradiction logique.

On peut, par exemple, aisément imaginer qu’il y ait plusieurs terres similaires imbriquées les unes dans les autres, sans qu’on puisse pourtant les voir. En contrepartie, il est tout simplement impossible par définition d’imaginer qu’un triangle ait plus de trois côtés. Les penseurs vont profiter des ces nouvelles avenues de réflexion pour approfondir leurs conceptions du monde et aiguiser leurs théories à propos de la nature.

Cette nouvelle série d’articles vous permettra de découvrir ces exercices mentaux, de les apprivoiser vous-même grâce à des traductions pour finalement survoler leur importance précise dans les réflexions médiévales. Ces textes seront particulièrement courts et accessibles aux non-spécialistes.

En espérant que vous m’accompagnerez pour explorer tous ces scénarios plus éclatés les uns que les autres.



Citer ce billet
Yanick Laverdière (2023, 22 décembre). Nouvelle série : Secundum Imaginationem. Via Moderna - Les sciences médiévales. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/veqj

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search