Le navire de feu

BnF Fr. 1082, fol. 103r

«Je dis donc, par la raison donnée auparavant, que si un navire de matière pesante sur lequel il y avait de la matière pesante, comme un ou plusieurs hommes, et qu’il se trouvait sur la superficie convexe de l’élément d’air (laquelle est presque sphérique et sans perturbation, comme il a été dit), un tel navire pourrait rester au repos là-haut naturellement, tout comme un bateau repose sur la Seine.
Et la cause de cela est que l’élément de feu est plus léger que l’élément de l’air, autant que l’air est plus léger que l’eau, comme il a été dit plus haut. Et ainsi, le feu qui serait en ce navire résisterait à ce que le navire ne descendît vers le bas, comme il en va de même du bateau qui est sur l’eau .»

Extrait de : Nicole Oresme, Le Livre du Ciel et du Monde, 1377

Le scénario imaginaire que l’on a sous les yeux est rapporté par le théologien français Nicole Oresme dans son commentaire français du Livre du Ciel et du Monde, daté de 1377. L’idée germe dans son esprit auparavant puisqu’on en retrouve déjà une partie dans l’un de ses textes latins produits au milieu de la décennie 1340[1]. Essayons d’en donner une explication un peu plus digeste.

En guise de rappel, il faut savoir que les penseurs médiévaux conçoivent que le monde terrestre s’étend de la surface la plus basse de la lune jusqu’au centre de la Terre. À l’intérieur de cette sphère, les éléments sont répartis naturellement du plus lourd au plus léger, en partant du centre : la terre s’agglutine au milieu du monde, puis l’eau s’y joint immédiatement au-dessus, suivie de l’air et finalement du feu, considéré comme l’élément le plus léger.

Dans ce système, la légèreté n’a pas seulement une connotation réduite à l’égard de la lourdeur, mais elle en est littéralement le contraire. On pourrait en quelque sorte dire qu’une chose légère a un poids négatif. Bref, ce qui est lourd (la terre et l’eau) tend à se diriger vers le centre du monde et ce qui est léger (l’air et le feu) tend à s’en y éloigner.

Dans cet extrait, Nicole Oresme explique comment un navire fait de bois, de métal, ou d’une autre matière lourde, pourrait voguer au-dessus de la région élémentaire de l’air. Pour que cela soit possible, il suffirait qu’il soit rempli de feu.

La réflexion suit d’une simple analogie. Tout comme l’air à l’intérieur d’un bateau l’empêche de couler lorsqu’il navigue sur l’eau, de la même manière le feu à l’intérieur d’un navire préviendrait sa descente dans l’air. Autrement dit, puisque le feu a une tendance à s’éloigner du centre du monde, il résiste à la chute du navire, bien que ce dernier soit lourd. Tout ce qu’il faut, c’est que la tendance du feu à monter soit supérieure à la tendance du navire à descendre.

Quelques interrogations subsistent. Oresme affirme qu’il pourrait y avoir des hommes sur ce navire volant. Or, comme illustré assez clairement dans son manuscrit, on voit que le navire serait à la limite entre la région de l’air et du feu (similairement à un bateau qui vogue sur l’eau et dont la partie supérieure est évidemment dans l’air). Comment les hommes, voire le navire, qui se trouveraient alors dans la région du feu pourraient-ils rester intacts dans une telle situation ?

Notre philosophe du XIVe siècle offre une piste de solution en s’appuyant sur les autorités grecques. Le feu qui se trouve tout en haut est bien plus pur et subtil que celui que l’on trouve sur terre, c’est pourquoi on ne le voit pas. Il est inoffensif et éternel et n’a pas la puissance destructrice qu’on lui associe ici-bas[2]. Bref, selon lui, le feu qui se trouve dans le ciel n’est pas aussi brûlant. Malheureusement, Oresme n’en dit pas davantage à cet endroit.

Ascension d’une montgolfière par Claude Louis Desrais, 1783, BnF

Doit-on voir dans cet exemple un ancêtre de la montgolfière qui prendra son envol à partir de 1783 ? Peut-être plutôt du ballon dirigeable ? Il faut être prudent. L’idée est similaire : emprisonner une composante plus légère que l’air qui nous entoure pour élever un vaisseau. Toutefois, le scénario mis de l’avant par Oresme illustre spécifiquement une navigation au-dessus de la sphère élémentaire de l’air. Le navire de feu ne peut pas ajuster sa hauteur au sein de l’élément d’air comme le fera plus tard la montgolfière.

Toujours est-il que la réflexion du théologien français reste l’un des très rares cas où les médiévaux envisagent de pouvoir voler dans les airs. Son contemporain, Albert de Saxe, reprendra d’ailleurs l’idée d’une façon similaire dans ses Questions sur la Physique[3], composées quelques années après le texte latin d’Oresme. Dans tous les cas, rien ne nous porte à croire qu’ils ont un jour tenté l’expérience.

Un second exemplaire du Livre du Ciel et du Monde de Nicole Oresme, BnF Fr. 565, fol. 136r

[1] Nicole Oresme, Questiones super de Celo, éd. et trad. Claudia Kren, Thèse de Doctorat, The University of Wisconsin, 1965, p. 837-840.

[2] Bien qu’il se rapporte aux platoniciens, Oresme puise vraisemblablement sa référence chez Augustin, La cité de Dieu, Livre XXII, chap. 11.

[3] Albert de Saxe, Expositio et quaestiones in Aristotelis Physicam ad Albertum de Saxonia attributae, éd. Benoît Patar, Louvain-la-Neuve, Peeters, 1999, livre IV q. 6, tome III, p. 649-659.

Pour en savoir plus…

SOURCES

Nicole Oresme. Aristote. De coelo et mundo, traduction du latin en français par Nicole Oresme. Bibliothèque nationale de France, Fr. 1082.

Nicole Oresme. Traité de la sphère ; Aristote, De caelo et de mundo. Bibliothèque nationale de France, Fr. 565.

Nicole Oresme. Le Livre du Ciel et du Monde. éd. et trad. Albert D. Menut et Alexander J. Denomy, Madison, The University of Wisconsin Press, 1968, p. 400-405.

Nicole Oresme. Questiones super de Celo. éd. et trad. Claudia Kren, Thèse de Doctorat, The University of Wisconsin, 1965, p. 837-840.

ÉTUDE

WEILL-PAROT, Nicolas. Le Vol dans les airs au Moyen Âge. Paris, Les Belles Lettres, 2020, p. 97-109. Excellente mise en contexte qui comprend une comparaison avec les premiers types d’aérostats.


Pour toute question ou commentaire : Yanick.laverdiere@usherbrooke.ca



Citer ce billet
Yanick Laverdière (2024, 11 mai). Le navire de feu. Via Moderna - Les sciences médiévales. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11nt3

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search