La ville et l’émergence des universités

Cet article est le premier d’une série à paraître concernant les universités médiévales et ne prétend en aucun cas couvrir l’ensemble du sujet. 

À la fois produit et acteur de la renaissance du XIIe siècle, l’université médiévale illustre plusieurs versants d’une période de profondes mutations. Au-delà de son rôle primaire de production et de diffusion du savoir, elle s’impose dès le siècle suivant comme nouveau pouvoir urbain, à cheval entre les autorités spirituelles et temporelles.

S’intéresser à la science médiévale sans connaître son contexte de production nous confine à une compréhension partielle de la pratique scientifique. À partir de la fin du XIIe siècle, une part croissante de l’activité intellectuelle se déroule selon un nouveau modèle d’enseignement qui deviendra graduellement le symbole de la science. L’engouement pour ce phénomène est tel que l’on retrouve près d’une vingtaine d’universités en Europe à l’aube XIVe siècle et plus de soixante à la fin de la période médiévale.

L’université n’a au départ pas du tout la forme que nous lui connaissons aujourd’hui. Elle n’a pas de locaux fixes, l’enseignement n’y est pas uniforme et elle semble à première vue totalement éclatée. Pourtant, la reconnaissance d’une communauté universitaire est attestée à Paris dès la première décennie du XIIIe siècle, et plusieurs villes se targueront rapidement d’un regroupement similaire de maîtres et d’étudiants.

Quelle forme prend à ce moment l’université ?  

Comme nous l’avons auparavant mentionné, les universités médiévales ne sont pas homogènes. Elles ne poursuivent pas les mêmes buts; certaines se spécialisent dans le droit ou la médecine, alors que d’autres mettent l’accent sur la formation théologique. Il n’en demeure pas moins que ces universités fonctionnent toutes selon un mode d’organisation caractéristique de la période médiévale : la corporation.

En fait, le terme « université » n’est pas utilisé par hasard. Il découle de l’expression latine universitas qui devance de très loin le phénomène universitaire[1]. Dans le contexte qui nous intéresse, l’universitas désigne un corps d’individus unis par un élément commun, qui cherchent à s’associer pour défendre leurs intérêts et leurs exigences. C’est grossièrement le modèle de la corporation de métier que l’on retrouve en ville.

En se regroupant de cette manière, les maîtres et étudiants souhaitent former une corporation juridiquement reconnue qui leur permettra de gérer la formation universitaire, que ce soit pour décider qui a le droit d’enseigner, l’organisation du cursus scolaire ou tout simplement pour protéger ses membres. Avant d’en venir à cette gestion autonome de la corporation, plusieurs étapes doivent être franchies par les universitaires.

Dans un premier temps, la fin du XIIe siècle amène un renforcement de la mainmise de l’Église sur l’éducation. L’effervescence de l’enseignement supérieur, autant du point de vue quantitatif qu’au niveau de la qualité, suscite l’intérêt du corps ecclésiastique urbain. La réaffirmation du monopole scolaire de l’Église prend forme dès le IIIe concile de Latran en 1179 et se poursuit sous l’égide de la papauté jusqu’à son apogée, en 1231, avec la bulle papale Parens scientiarum.

Cette bulle, parfois surnommée « grande charte » de l’Université de Paris, servira de modèle pour plusieurs autres universités européennes. Le pape Grégoire IX octroie ainsi aux universitaires le contrôle sur la licence d’enseignement et confirme leur droit d’ester en justice à la cour ecclésiastique; beaucoup plus clémente à leur égard. La « charte » de 1231 vient stabiliser et cristalliser les privilèges universitaires et marque l’arrivée à maturité de l’Université de Paris.

« Du reste, parce que là où règne le désordre se glisse facilement l’exaspération […] nous vous avons accordé la faculté de prescrire dans des constitutions ou ordonnances le déroulement et horaire des leçons et des disputes, l’habit ordinaire, les funérailles; mais aussi quels sont les bacheliers qui doivent enseigner, à quelle heure et quoi; le coût des loyers voire l’interdiction de certaines maisons; et la punition réservée à qui violerait vos constitutions et ordonnances, à savoir : l’exclusion de votre société. »

Bulle Parens scientiarum, 1231 [2]

Par ailleurs, il faut comprendre que l’université est un regroupement spontané de maîtres et d’étudiants. Sa création n’est pas l’œuvre d’une provocation externe, mais émane plutôt d’une transformation du système d’enseignement. À l’instar des corporations de métiers urbaines, les intellectuels se regroupent pour défendre leurs intérêts, assurer leur sécurité et maintenir le monopole sur l’enseignement. Qui plus est, la formation d’étudiants répond à un besoin perpétuel de remplacement des maîtres qui n’est pas sans rappeler le modèle des guildes de métiers où l’apprenti, le valet et le maître se succèdent. Cette formation de l’intérieur est notamment l’une des raisons pour lesquelles les historiens ne s’entendent pas toujours sur les dates de fondations des différentes universités; les statuts officiels apparaissant souvent lorsqu’une communauté est déjà en place.

« The wilder side of University life » [3]

Au XIIIe siècle, l’accroissement du nombre de maîtres et d’étudiants à un rythme supérieur à celui des gens de la ville mène parallèlement à une augmentation des tensions à l’intérieur de la cité. Ces universitaires sont régulièrement étrangers à la ville, s’y installent sans nécessairement parler la langue locale et sont facilement reconnaissables à leurs habits et leur tonsure.

« La copie du privilège de l’Université de Paris », BNF, Fr 11709

Dès la naissance des premières universités, un clivage important se forme entre les universitaires et les gens de la ville. Se limitant souvent à une simple altercation au quotidien, les conflits « Town and Gown » dégénèrent dans certains cas en une série d’affrontements armés entre citadins et étudiants. L’issu des combats résulte généralement par la fuite d’un des groupes qui cherchera à obtenir la protection d’un pouvoir extérieur. Pour la période médiévale, la majeure partie de ces conflits se solderont par une extension des privilèges universitaires face à la ville, et contribueront par le fait même à enraciner la division entre les deux groupes.

Dans tous les cas, ce genre d’affaires éclatait d’autant plus facilement que régnait en ville un climat préalable de méfiance ou d’hostilité entre citadins et gens des écoles. On en venait donc aisément aux injures et aux coups, même s’il ne s’agissait souvent, dans ce premier temps, que d’une empoignade relativement bénigne[4].

« The universities formed an artificial and predominantly alien body, numbering thousands of individuals, which could not be assimilated to the normal life or institutions of a city. Neither the urban commune of Bologna nor the cathedral school at Paris sufficed in themselves for such concentrations. In each city, as also at Oxford, the authorities had to come to terms with their distinctive demands; in each these went beyond merely local considerations, to involve emperors, popes, and kings. The outcome was some form of independent recognition. It did not, however, come easily or quickly. »

Gordon Leff, Paris and Oxford Universities in the Thirteenth and Fourteenth Centuries [4]

Malgré ces tensions soutenues entre la ville et son université, elles sont dès le XIIIe siècle inséparables l’une de l’autre. D’un côté, le modèle universitaire est tributaire de l’essor urbain qui offre à ceux qui s’installent en ville des conditions de vie nouvelles. La ville génère un bassin de maîtres et d’étudiants suffisant à l’organisation des joutes dialectiques caractéristiques de l’enseignement médiéval. Qui plus est, elle permet à de jeunes étudiants, parfois âgés de seulement quatorze ans, de s’y établir sans famille et d’y poursuivre des études s’étalant parfois sur plus de vingt ans. De l’autre côté, l’université est un symbole de prestige pour la ville qui l’accueille. Elle favorise un afflux d’étrangers, crée des emplois répondant aux besoins universitaires et, surtout, stimule le développement culturel global de la ville.

D’un système éclaté à une universitas reconnue, l’émergence des universités médiévales nous renseigne sur le climat englobant la production scientifique. Afin d’éviter le piège d’une idée désincarnée de son auteur, la connaissance des enjeux universitaires est de mise.

Les universités médiévales selon le siècle de fondation, Wikimedia commons

En prenant conscience du rôle de l’université comme organe inextricable de la ville, mais aussi des pouvoirs spirituels et temporels, le chercheur place en perspective les sources qu’il mobilise. Là où le penseur médiéval laisse ses traces, une communauté de maîtres et d’étudiants l’a auparavant éprouvé.


NOTES

[1] On retrouve déjà le mot universitas chez Cicéron, mais sa signification fluctue grandement selon les époques et le contexte d’utilisation. À ce propos, voir l’étude incontournable de Pierre Michaud-Quantin, Universitas. Expressions du mouvement communautaire dans le Moyen-Age latin, Paris, Librairie philosophique J. Vrin, 1970, 360 p.

[2] Pascale Bermont trad., « Grégoire IX, Bulle Parens scientiarum (13 avril 1231) », dans La fondation de l’Université de Paris (1200-1260), Paris, Les Belles Lettres, 2017, p. 221.

[3] L’expression « Town and Gown », qui désigne les conflits entre universitaires et citadins, semble avoir émergée avec le monumental travail d’Hastings Rashdall publié pour la première fois en 1895. Rashdall consacre un chapitre à ces conflits régulièrement violents. Hastings Rashdall, The Universities of Europe in the Middle Ages : Vol. II, Part II, Oxford, Clarendon Press, 1895, p. 677-686.

[4] Gordon Leff, Paris and Oxford Universities in the Thirteenth and Fourteenth Centuries. An Institutional and Intellectual History, New York, John Wiley & Sons, 1968, p. 19.


Pour en savoir plus…

SOURCES

BERMON, Pascale trad. La fondation de l’Université de Paris (1200-1260). Paris, Les Belles Lettres, 2017, 544 p.

      • Recueil de textes traduits retraçant les principales étapes de la fondation de l’Université de Paris.

DENIFLE, Heinrich et CHÂTELAIN, Emilio (dirs.). Chartularium Universitatis Parisiensis. Paris, Delalain, 1887-1889, 4 vols.

      • La plus vaste compilation de sources concernant l’Université de Paris.
  •  

ÉTUDES

VERGER, Jacques. Les universités au Moyen Âge. Paris, Presses Universitaires de France, 1999, 226 p.

    • Ce livre très introductif est une porte d’entrée sur le sujet qui couvre autant les versants intellectuel, institutionnel que social. Jacques Verger est l’auteur d’un nombre impressionnant d’études concernant les universités médiévales. Quiconque s’intéresse au sujet devra mobiliser plusieurs contributions de Verger.

VERGER, Jacques et Olga WEIJERS (dirs.). Les débuts de l’enseignement universitaire à Paris (1200-1245 environ). Turnhout, Brepols, 2013, 439 p.

    • Ouvrage collectif particulièrement efficace afin de comprendre le contexte social et institutionnel de la première moitié du XIIIe siècle.

DE RIDDER-SYMOENS, Hilde (dir.). A History of the University in Europe. Volume I : Universities in the Middle Ages. Cambridge, Cambridge University Press, 1993, 506 p.

    • Découpage thématique du phénomène universitaire au Moyen Âge très utile pour cibler un aspect en particulier.

LEFF, Gordon. Paris and Oxford Universities in the Thirteenth and Fourteenth Centuries. An Institutional and Intellectual History. New York, John Wiley & Sons, 1968, 331 p.

    • Particulièrement intéressant si l’on s’intéresse à la relation entre la production scientifique et la formation intellectuelle.

RASHDALL, Hastings. The Universities of Europe in the Middle Ages. Oxford, Clarendon Press, 1895, 3 vols.

    • Si l’œuvre monumentale d’Hastings Rashdall commence à dater, force est d’admettre qu’elle demeure incontournable pour comprendre le développement de l’historiographie.

HASKINS, Charles H. The Rise Of Universities. New York, Henry Holt and Company, 1923, 134 p.

    • Bien qu’elles se fassent vieilles, les études d’Haskins constituent une première incursion dans le quotidien de la vie universitaire urbaine.

HASKINS, Charles H. Studies In Mediaeval Culture. New York, Frederick Ungar Publishing Co., 1929, 294 p.

ASTON, T. H. et J. I. CATTO éds. The History of the University of Oxford: The early Oxford schools. Oxford, Clarendon Press, 1984, 684 p.

COBBAN, Alan B. The Medieval English Universities : Oxford and Cambridge to c. 1500. New York, Routledge, 2017, 500 p.

GILLI, Patrick, Jacques VERGER et Daniel LE BLÉVEC (dirs.). Les universités et la ville au Moyen Âge. Leyde, Brill, 2007, 371 p.

KIBRE, Pearl. « Scholarly Privileges: Their Roman Origins and Medieval Expression ». The American Historical Review, vol. 59, n o3 (1954), p. 543-567.

MICHAUD-QUANTIN, Pierre. Universitas. Expressions du mouvement communautaire dans le Moyen-Age latin. Paris, Librairie philosophique J. Vrin, 1970, 360 p.


Pour toute question ou commentaire : Yanick.Laverdiere@usherbrooke.ca

Pour citer cet article : Yanick Laverdière, « La ville et l’émergence des universités », dans Via Moderna - Les sciences médiévales, publié le 28 avril 2019, https://viamoderna.hypotheses.org/249.