Les ingénieurs médiévaux

Le Moyen Âge est une période de construction intensive: châteaux, murailles, cathédrales et moulins pour ne citer que quelques exemples. Ces constructions relèvent d’un savoir-faire technique acquis par l’expérience de certains individus parmi lesquels les ingénieurs jouent un rôle prépondérant.

La présence des ingénieurs

Figure 1: Dieu architecte du monde, frontispice de la Bible moralisée, Codex Vindobonensis 2554, vers 1250

Il faut mentionner d’entrée de jeu que les « ingénieurs » à proprement parler ne sont pas toujours faciles à repérer dans les sources de la période médiévale. En effet, il existe plusieurs termes pour désigner les postes importants sur les chantiers, tels que « maître d’œuvre » (magister operis, master of the works, werkmeister) et « maître-maçon ». Il y a de surcroît des particularités régionales, comme en Italie du Nord où les termes operarius et operaio, signifiant littéralement « ouvrier », sont privilégiés. On retrouve peu de termes évocateurs tels que architectus, architector ou ingeniator dans les sources à partir du XIIIe siècle. Une autre difficulté est que le titre du poste n’atteste pas forcément de la compétence, compte tenu qu’il ne s’agit pas d’un nom de profession. Si nous retrouvons si souvent le mot « maître » dans le vocabulaire de la construction médiévale, c’est que le Moyen Âge est une période « terriblement intellectuelle », pour reprendre l’expression de Pierre du Colombier. Le parcours scolaire, qui comprend le Trivium et le Quadrivium, ne comporte aucun art mécanique. Cela n’empêchera pas les artisans les plus qualifiés de s’arroger le titre de « maître », se dotant par le fait même d’une prestance intellectuelle. Bien que la plupart se qualifient eux-mêmes de non-lettrés, les ingénieurs ont généralement une bonne connaissance des traités antiques d’ingénierie; le plus important étant De architectura de Vitruve.

Un cas célèbre: Villard de Honnecourt

Figure 2: Construction de la tour de Babel, Bedford Hours, MS 18850, fol. 17v, vers 1430

Le nombre impressionnant de constructions que connaît le Moyen Âge nous porte à croire que la période compte une grande quantité d’ingénieurs, mais seuls quelques-uns nous ont laissé des traces tangibles. Parmi ceux-ci, Villard de Honnecourt est certainement le plus connu. Né au tournant du XIIIe siècle, son activité professionnelle se situe entre 1225 et 1250. Il nous laisse à travers ses Carnets 33 feuillets de parchemin recto verso. Les sujets de ses carnets regroupent entres autres la mécanique, la géométrie et la trigonométrie pratique, la charpente et le dessin de l’architecture. Villard de Honnecourt représente un des rares cas dont nous connaissons à la fois ses réalisations, mais aussi ses connaissances. Nous savons qu’il a travaillé à la construction de l’abbaye cistercienne de Vaucelles, à la cathédrale de Cambrai, de Reims, de Laon, de Chartre, de Lausanne et même à celle de Košice dans l’actuelle Slovaquie. Force est de constater que les architectes et les ingénieurs talentueux sont en demande et qu’ils sont appelés à voyager régulièrement. Il ne faudrait toutefois pas exagérer les connaissances mathématiques des architectes, celles-ci étant surtout empiriques.

Techniques et machinisme

Figure 3: Construction de la Tour de Babel, Codex 2759, fol. 10r, vers 1380

Être ingénieur ne signifie toutefois pas nécessairement être architecte. Beaucoup de problèmes techniques se posent lors de la réalisation d’un édifice sur un chantier. En effet, le transport des matériaux constitue un défi de taille. Il faut d’abord amener les pierres de la carrière, où elles sont normalement dégrossies, jusqu’au site. Ensuite, on doit élever les blocs, les colonnes ou les sculptures à l’emplacement désiré. Les ingénieurs médiévaux s’y prennent de plusieurs façons. Le plus simple étant d’utiliser un plan incliné pour rouler, pousser ou tirer les matériaux, le plus souvent grâce à un treuil. Cette stratégie ne peut cependant pas résoudre tous les problèmes d’élévation puisqu’elle nécessite beaucoup d’espace pour conserver un angle constant. Une seconde méthode consiste à monter les blocs à l’aide d’une grue fonctionnant avec un système de poulies et de tenailles actionnées par un cabestan. Il existe une variante intéressante de cette grue, qui nécessite d’enrouler la corde autour d’une grande roue en bois activée par une ou deux personnes courant à l’intérieur. Ce type de grue peut être utilisé à l’intérieur comme à l’extérieur du bâtiment, au sol comme en hauteur. Ces machines permettent d’accomplir les tâches plus facilement en plus de limiter les accidents.

Figure 4: Scie hydraulique, Carnets de Villard de Honnecourt, fol. 22v, vers 1230

Les habiletés en machinisme des ingénieurs ne sont pas seulement sollicitées par les plus fortunés pour leurs constructions, mais également par les artisans. Par exemple, un grand nombre de tâches peuvent être simplifiées par l’utilisation des ressources énergétiques naturelles. La plus utilisée à la période médiévale est la force hydraulique. Grâce au Domesday Book, réalisé en 1086 à la demande de Guillaume le Conquérant, nous savons qu’il y a à cette époque 5624 moulins à eau en Angleterre, chacun desservant au minimum 50 feux. Les moulins à eau peuvent accomplir toutes sortes de tâches, que ce soit pour moudre le grain, tamiser la farine, fouler les draps, tanner les peaux, activer des souffleries, broyer le froment, marteler le fer ou scier des planches. Avec le recul de l’esclavage et de la servitude auxquels on ajoute l’accélération de la croissance démographique, le rôle du moulin devient de plus en plus important; si bien qu’en 1399, les habitants du bourg Santa Maria, à proximité de Sienne, envoient une pétition au Conseil Général de la cité, car l’eau ne se rend pas jusqu’à eux « sinon que pour un petit moulin qui appartient à Luca di Palmiero, fabricant d’épées, et si ladite eau arrivait à la fontaine Branda, huit moulins pourraient moudre, qui pour l’instant ne moulent pas […] et seraient très utiles à la cité et aux pauvres hommes. »

Pour conclure, nous constatons que les ingénieurs médiévaux ne sont pas toujours faciles à cerner et que leurs compétences varient. À partir de la fin du XIVe siècle, nous pouvons attester que les ingénieurs sont plus polyvalents, ce qui n’est pas étranger au mouvement humaniste naissant, et généralement reconnus par leur communauté. Citons à titre d’exemple Filippo Brunelleschi, Konrad Kyeser, Mariano Taccola, Francesco di Giorgio Martini et bien sûr le plus connu d’entre tous, Léonard de Vinci.


Pour en savoir plus…

SOURCES

BARGAGLI-PETRUCCI, Fabio. Le fonti di Siena e i loro aquedotti, note storiche dalle origini fino al MDLV. Vol. 2, Sienne, Olschki, 1906, 622 p.

HONNECOURT, Villard de. Album de dessins et croquis. Paris, Bibliothèque Nationale de France, Manuscrit Français 19093, 1201-1300, 33 feuillets.

ÉTUDES

DU COLOMBIER, Pierre. Les chantiers des cathédrales. Paris, Picard, 1973 (1953), 163 p.

    • Bien qu’il date un peu, ce livre est un manuel de base pour s’initier à l’étude de la construction des cathédrales médiévales. Abondamment illustré, cet ouvrage traite des différents aspects de la construction des cathédrales, c’est-à-dire les tâches, les patrons, les ouvriers, les architectes et les sculpteurs selon des perspectives sociales et économiques. Les informations présentées sont précises et convaincantes.

GIMPEL, Jean. Les bâtisseurs de cathédrales. Paris, Seuil, 1961, 191 p.

    •  Cette étude est un formidable outil pédagogique. À l’instar de l’ouvrage de Pierre Du Colombier, elle est abondamment illustrée, mais se concentre davantage sur les aspects techniques de la construction des cathédrales.

GIMPEL, Jean. La révolution industrielle du Moyen Âge. Paris, Seuil, 1975, 244 p.

    • Le titre de ce livre est évocateur : Jean Gimpel affirme sans détour qu’une première révolution industrielle serait survenue au Moyen âge, bien avant donc celle du XVIIIe siècle. Il étaye habilement son argumentaire en mettant de l’avant l’utilisation décuplée des ressources énergétiques naturelles de l’Europe. Gimpel fait toutefois régulièrement des parallèles douteux avec l’industrialisation des États-Unis et il pousse la théorie des cycles technologiques des civilisations, ce qui, d’un point académique, est peu crédible. L’ouvrage reste néanmoins un excellent outil pédagogique.

HILL, Donald R. A history of engineering in classical and medieval times. New York, Routledge, 1996 (1984), 263 p.

    • Ce livre de Donald Hill est un excellent ouvrage de synthèse des techniques d’ingénierie préindustrielles. L’auteur y présente avec succès l’évolution de l’ingénierie sous le signe des influences grecques, romaines, perses, chinoises et arabes. Cette étude touche toutes les facettes de l’ingénierie, que ce soit le génie civil (irrigation, ponts, routes, dams, construction et arpentage), le génie mécanique (les machines d’élévation d’eau et les machines qui utilisent l’eau et le vent) ou la technologie fine (instruments, automates et horloges).

REYNOLDS, Terry S. Stronger than a hundred men: a history of the vertical water wheel. Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1983, 453 p.

    • Cette étude se concentre exclusivement sur le développement de la roue à eau, de l’Antiquité jusqu’au XXe siècle. Les aspects techniques, sociaux, économiques et géographiques sont bien présentés. La plus grande partie de l’ouvrage se concentre sur les périodes moderne et contemporaine, périodes de prédilection de l’auteur.

Pour toute question ou commentaire: Benoit.Buscemi@usherbrooke.ca

Pour citer cet article : Benoît Buscemi, « Les ingénieurs médiévaux », dans Via Moderna - Les sciences médiévales, publié le 12 mai 2019, https://viamoderna.hypotheses.org/323.