L’enseignement universitaire

Nous conseillons au lecteur de se familiariser avec l’histoire l’émergence des universités médiévales avant d’entreprendre la lecture du texte suivant. Un article à ce sujet est disponible ici.

Durant les derniers siècles du Moyen Âge, l’université devient le symbole du foisonnement scientifique. Si la proximité de la communauté de penseurs contribue grandement à une diffusion rapide des idées, l’enseignement dispensé dans ces établissements de savoir oriente sans aucun doute la connaissance. Que ce soit pour entreprendre une carrière d’enseignement et de recherche, ou simplement pour parfaire des connaissances utiles à un métier, les étudiants qui se joignent à la corporation universitaire doivent suivre une formation bien structurée.

Se préparer à l’université

Malgré une liste de prérequis assez brève, l’université médiévale attire une population ciblée. Quiconque souhaite atteindre cet enseignement supérieur devra d’abord obtenir une formation latine dans une école de sa région. Outre la lecture, l’écriture et la grammaire, la maîtrise du latin est nécessaire aux études universitaires. Âgé d’au moins 14 ans, l’étudiant se dirige vers la ville pour y trouver un logement, prêter serment, et surtout, choisir un maître qui pourra superviser ses études.

Boutique d’un libraire au XIVe siècle, Bibl. mun. de Cambrai, Ms. 620, fol. 1r.

Au-delà de la formation intellectuelle, l’universitaire doit avoir une certaine aisance financière. Ni riche ni pauvre, il provient généralement d’une famille de métier ou d’un ordre religieux. En plus de subvenir à ses besoins primaires, le jeune étudiant doit débourser une somme considérable pour l’achat de parchemin et d’encre. En fait, un gouffre sépare l’élève qui peut s’offrir une copie d’un manuel de celui qui doit paraphraser l’enseignement d’un maître par manque de support d’écriture. Considérant ce poids financier, il n’est pas étonnant de voir que près de la moitié des étudiants ne deviennent jamais bacheliers.

Étudier, enseigner, disputer

Globalement parlant, les méthodes pédagogiques se résument à deux types d’activité : la lectio (lecture) et la disputatio (dispute).

Comme son nom l’indique, la lectio est une lecture orale d’un texte par l’enseignant. C’est généralement le premier contact qu’ont les étudiants avec les traités au programme. Cette activité pédagogique se décline en deux formes. D’abord, ce qu’on appelle lecture ordinaire est une leçon qui aborde le sens profond d’un texte. Celles-ci forment le cœur du cursus obligatoire et relève du travail des maîtres. Ensuite, la lecture cursive est moins solennelle et plus rapide que l’ordinaria, mais aborde souvent le même texte pour en relever uniquement le sens littéral. Parfois même dispensée par des bacheliers, cette leçon se tient à l’extérieur des heures de cours réservées à la lecture ordinaire et aux disputes.

Continuons maintenant avec la disputatio qui est sans conteste l’activité pédagogique la plus dynamique. Jouant à la fois un rôle d’enseignement et de recherche, la dispute est à la base du concept de communauté scientifique au Moyen Âge. Partant habituellement d’un texte considéré comme autorité dans un sujet, un maître met en scène une question sur laquelle devront s’opposer les acteurs qui y prennent part. Un groupe de participants, les respondentes, doivent d’abord émettre des solutions en faveur ou contre l’idée de départ. Un second groupe, dits opponentes, se charge d’attaquer les réponses et de fournir des arguments allant à l’encontre des solutions proposées. La dispute se termine par la determinatio du maître où il donne une réponse définitive et réfute les arguments s’opposant à sa position.

Bien que cette forme de disputatio soit la plus fréquente dans l’enseignement, on en retrouve plusieurs variantes dans la communauté universitaire. Qu’elle soit privée ou publique la dispute peut impliquer plusieurs étudiants et être présidée par un maître, tout comme elle peut impliquer uniquement des maîtres. Elle peut en outre être simplement pédagogique et obliger des étudiants à prendre des positions auxquels ils n’adhèrent pas nécessairement. Dans d’autres cas, la disputatio peut impliquer des maîtres d’universités différentes sur des questions qui ne sont pas préalablement choisies.

Toujours est-il que, malgré la forme quelle arbore, la dispute médiévale favorise l’originalité des idées. Elle donne par le fait même lieu aux manuscrits sous forme de questio qui sont si chers à l’histoire des sciences médiévales.

La Faculté des arts : une formation générale?

On sait que ce qui s’enseignait dans les facultés des arts, c’est-à-dire les « arts libéraux », la « philosophie », d’autres disciplines encore parfois, était conçu par les hommes du Moyen âge comme la formation propédeutique, la « culture générale » indispensables à la maîtrise de toutes les branches supérieures de la culture savante, théologie, droit et médecine. Ajoutons que les arts ont été la voie par laquelle l’essentiel de ce que la culture médiévale a gardé de l’héritage antique, a été diffusé.

Jacques Verger,« Remarques sur l’enseignement des arts dans les universités du Midi à la fin du Moyen âge[1]»

Une fois son maître sélectionné, le jeune universitaire débute ses études par un passage obligatoire d’environ six à sept années à la Faculté des arts. Il s’initie dans un premier temps à la grammaire et à la logique. S’il souhaite obtenir la licence de maître, il doit ensuite étudier les disciplines du quadrivium, ainsi que les libris naturales, l’Organon et la Métaphysique d’Aristote. Il va sans dire que l’étudiant est également tenu de connaître plusieurs œuvres de maîtres contemporains. Le passage à la Faculté des arts se conclut généralement par la cérémonie de l’inceptio, au terme de laquelle l’artien obtient son titre de maître régent. Selon les universités, le diplômé doit parfois enseigner à la Faculté un certain nombre de temps avant de poursuivre ses études.

Désormais âgé d’un peu plus de vingt ans, l’universitaire peut poursuivre ses études dans l’une des trois facultés supérieures : théologie, droit ou médecine. Il peut alternativement se contenter d’enseigner les arts, mais rares sont les maîtres qui optent pour cette voie.

Les facultés supérieures

Bible historiale moyenne complétée de Pierre le Mangeur, BnF, Fr. 2, fol. 333v.

Un premier choix qui s’offre au maître ès arts est de poursuivre des études théologiques. Cette formation, qui prolongera les études universitaires de 12 à 16 ans, est sans conteste la plus longue à la période médiévale. En plus d’étudier les deux livres de la Bible, le théologien est amené à commenter les Sentences de Pierre Lombard ainsi que l’Historia scholastica de Pierre le Mangeur. Bien plus qu’une simple étude des textes sacrés, la formation théologique mobilise les outils de la raison et même de la philosophie naturelle au moins jusqu’au milieu du XIVe siècle.

Les facultés de droit offrent quant à elles un panorama assez vaste d’opportunité d’études. S’il est vrai que l’enseignement du droit s’est beaucoup inspiré du modèle développé à Bologne, il faut concéder que le portrait devient de plus en plus hétérogène à partir du XIVe siècle. Les étudiants qui choisissent cette faculté peuvent décider de se spécialiser dans le droit canonique ou le droit civil, mais doivent connaître globalement les deux. Jusqu’à la fin du Moyen Âge, l’ensemble des universités centrent leur enseignement sur le droit romain, en étudiant par exemple le Décret de Gratien ou le Corpus iuris civilis de Justinien. Une fois son parcours universitaire complété, le docteur du droit peut espérer trouver une place dans l’administration civile ou dans celle de l’Église.

Guy de Chauliac, auteur de la Grande Chirurgie (1363), BnF, Fr. 396, fol. 1r.

Une troisième avenue qui s’offre à l’étudiant est de suivre une formation à la Faculté de médecine. Bien que la lectio et la disputatio demeurent au cœur de l’enseignement, plusieurs particularités distinguent la médecine des autres savoirs supérieurs. Puisque leurs connaissances sont à la fois techniques et livresques, les médecins universitaires ne peuvent pas négliger l’éducation pratique. Dans les grandes facultés de médecine telles que Bologne et Montpellier, les étudiants doivent ainsi régulièrement assister à des démonstrations anatomiques sur le corps humain.  Suivant un programme qui dure généralement entre 4 et 6 ans, les étudiants en médecine s’initient d’abord aux œuvres de Galien, d’Hippocrate ainsi qu’au Materia medica de Dioscorides. Une part considérable de leur formation est ensuite puisée chez les penseurs arabes, notamment dans le Canon d’Avicenne, mais aussi chez Abulcasis en ce qui a trait à la chirurgie. À l’instar de la Faculté de droit, le but ultime d’une formation en médecine n’est généralement pas l’enseignement, mais plutôt la pratique. Il faut néanmoins noter que les facultés de médecine ne détiennent pas le monopole sur le métier. En effet, jusqu’à la fin du XVe siècle, les médecins formés dans une université comptent pour moins de la moitié des praticiens en Europe. Il n’en demeure pas moins qu’ils se targuent généralement d’une fortune et d’un statut social plus élevés que leurs homologues non-universitaires.

L’enseignement universitaire : homogène malgré ses différences?

Cet aperçu de la formation universitaire à la période médiévale nous révèle évidemment qu’une infime partie de l’ambiance qui règne dans cet intriguant lieu de savoir. S’il est vrai que les historiens se sont abondamment penchés sur la question depuis l’oeuvre pionnière de Charles Thurot en 1850, beaucoup de travail reste à faire. Au-delà des statuts et des manuscrits, il faut garder en tête que l’enseignement universitaire suit une tradition fondamentalement orale, qui ne laisse que très peu de traces authentiques. En dépit d’une histoire intellectuelle toujours plus riche, le versant social de l’expérience à l’intérieur de chacune des facultés doit encore être mit en lumière.


NOTE

[1]  Jacques Verger, « Remarques sur l’enseignement des arts dans les universités du Midi à la fin du Moyen âge », Annales du Midi, Tome 91, no 144 (1979), p. 355.


Pour en savoir plus…

ÉTUDES

VERGER, Jacques. Les universités au Moyen Âge. Paris, Presses Universitaires de France, 1999, 226 p.

    • Ce livre très introductif est une porte d’entrée sur le sujet qui couvre autant les versants intellectuel, institutionnel que social. Jacques Verger est l’auteur d’un nombre impressionnant d’études concernant les universités médiévales. Quiconque s’intéresse au sujet devra mobiliser plusieurs contributions de Verger.

DE RIDDER-SYMOENS, Hilde (dir.). A History of the University in Europe. Volume I : Universities in the Middle Ages. Cambridge, Cambridge University Press, 1993, 506 p.

    • Découpage thématique du phénomène universitaire au Moyen Âge très utile pour cibler un aspect en particulier. Contient notamment une section concernant chacune des facultés.

Olga Weijers, Le maniement du savoir. Pratiques intellectuelles à l’époque des premières universités (XIIIe-XIVe siècles), Turnhout, Brepols, 1996, 266 p.

    • Weijers est incontournable en ce qui concerne les méthodes pédagogiques des universités. Nous nous contenterons de présenter ici seulement cet ouvrage, mais plusieurs autres titres de l’auteur pourront servir à approfondir le sujet.

THUROT, Charles. De l’organisation de l’enseignement dans l’Université de Paris au Moyen-Age. Paris, Dezobry, E. Magdeleine et Cie., 1850, 213 p.

    • Même si l’ouvrage se fait très vieux, il faut mentionner son rôle pionnier dans le sujet.

COBBAN, Alan B. English University Life in the Middle Ages. Londres, UCL Press, 1999, 272 p.

COURTENAY, William J. Parisian Scholars in the Early Fourteenth Century: A Social Portrait. Cambridge, Cambridge University Press, 1999, 284 p.

GLORIEUX, Palémon. « L’enseignement au Moyen Âge : techniques et méthodes en usage à la Faculté de Théologie de Paris, au XIIIe siècle ». Archives d’histoire doctrinale et littéraire du Moyen Age, vol. 35 (1968), p. 65-186.

VERGER, Jacques. « Remarques sur l’enseignement des arts dans les universités du Midi à la fin du Moyen âge ». Annales du Midi, Tome 91, no 144 (1979), p. 355-381.

WEIJERS, Olga et Louis HOLTZ(dirs.). L’enseignement des disciplines à la Faculté des arts (Paris et Oxford, XIIIe-XVe siècles). Turnhout, Brepols, 1997, 562 p.

 


Pour toute question ou commentaire : Yanick.Laverdière@usherbrooke.ca

Pour citer cet article : Yanick Laverdière, « L’enseignement universitaire », dans Via Moderna - Les sciences médiévales, publié le 23 octobre 2019, https://viamoderna.hypotheses.org/585.